L’éco-construction, la démarche vraiment responsable ?

Qu’est-ce qu’on entend exactement par le terme éco-construction ?

L’éco-construction désigne les moyens et les méthodes écologiques et durables de production des bâtiments neufs ou de rénovation et réhabilitation des constructions existantes.

Une volonté de concevoir une architecture écologique, à travers :

  • le choix des matériaux et des matières premières
  • des procédés de fabrication qui respectent l’environnement
  • des méthodes durables pour permettre une consommation faible en énergie des bâtiments, la récupération de l’eau…
  • sans oublier la qualité d’un cadre bâti plus agréable à vivre.

L’éco-construction est une approche globale, qui s’intéresse à toutes les étapes de la vie des bâtiments, de la conception architecturale, la mise en œuvre du chantier, à l’utilisation et aux fonctionnalités des lieux, jusqu’à penser la gestion des déchets et le recyclage des constructions, lorsqu’elles auront atteint le terme de leur existence.

BOIS CONSTRUCTION LCDP

L’éco-construction s’est rendue indispensable dans la lutte contre le changement climatique

On commence à voir clairement les effets du réchauffement climatique. La communauté scientifique mondiale s’entend dans sa globalité sur les rapports du GIEC : le réchauffement de notre planète est une réalité. Les activités humaines contribuent pour une très grande part à ce phénomène (à plus de 90 % selon le GIEC).

Hors, le secteur du bâtiment est un grand consommateur d’énergies, et produit par ailleurs du CO2. Songez qu’en France les habitations et les bâtiments du tertiaire sont responsables de presque un quart des émissions de gaz à effet de serre et qu’ils utilisent presque la moitié de l’énergie consommée dans notre pays.

Le problème des besoins essentiels de chauffage durant les mois plus froids, peut et doit être réglé par des solutions innovantes comme la géothermie, l’aérothermie, les technologies non carbonées et les énergies renouvelables.

Par ailleurs, de plus en plus de locaux bénéficient maintenant d’une climatisation, qui offre à leurs occupants un confort thermique en été, dont il est devenu difficile de se passer…

L’isolation des bâtiments est donc un point essentiel à prendre en compte dans cette perspective de construction écologique. Pour le neuf, la réglementation impose d’isoler selon des normes salutaires. Le problème se pose dans les bâtiments anciens, souvent de véritables passoires énergétiques, où la rénovation est en option.

On souhaite maintenant et bien plus qu’avant construire propre

La construction écologique et durable s’est invitée au cœur des préoccupations des citoyens. L’éco-responsabilité est entrée dans les esprits et son influence s’accroît dans les choix.

L’importance du bois et des matériaux biosourcés

Le bois, la paille, le liège, le chanvre, la ouate de cellulose, mais aussi la laine de mouton ou les textiles recyclés, font partie des matières naturelles, généralement issues de la biomasse végétale ou animale, qui présentent un intérêt pour réduire l’empreinte écologique dans la construction.

Signalons que les matériaux biosourcés devraient être locaux pour pouvoir s’inscrire vraiment dans le cadre du développement durable. Les coûts de transports ne doivent pas ruiner les bénéfices offerts par ces matières premières. La production à bas prix à l’autre bout du monde a également un coût social à prendre en compte. Les ressources peu transformées sont privilégiées.

L’utilisation du bois n’est pas réservée aux projets de dimension modeste ! L’immobilier d’entreprise, les locaux de stockage, les parkings ou les bâtiments publics peuvent eux aussi, bénéficier des avantages du bois et des matériaux biosourcés.

Le bois est une ressource renouvelable, un excellent moyen de stocker le carbone. Fixé ainsi dans la structure ou les planchers d’un bâtiment, le carbone n’est pas prêt de retourner dans l’atmosphère.

Provenant des forêts locales, il est beaucoup plus économique à exploiter pour le bâtiment que le béton. Les ressources en sable et en gravier sont limitées, leur exploitation a un impact négatif sur l’environnement. La production du ciment dans des fours à très haute température consomme énormément d’énergie…

Les caractéristiques techniques du bois pour la construction représentent aussi quelques atouts majeurs, par rapport à l’acier ou au béton. Le bois a une faible conductibilité thermique. Il est 15 fois plus isolant que le béton. Le bois est beaucoup plus léger tout en présentant d’excellentes qualités techniques de portance. Son acheminement sur le chantier est moins coûteux en énergie. Parlons aussi de ses qualités esthétiques qui permettent une intégration parfaite dans le paysage urbain moderne, comme dans le patrimoine architectural historique de nos cités.

Avec l’éco-construction, on voit plus loin !

L’éco-construction est une solution d’avenir, aussi bien pour les maisons individuelles que pour la promotion immobilière dans son ensemble, quelle que soit la typologie des bâtiments. C’est une évidence puisqu’il s’agit de favoriser les économies d’énergie, la protection de l’environnement et le développement durable.

Mais les avantages de l’éco-construction ne s’arrêtent pas là. L’éco-construction s’attaque à toutes les formes de gaspillage, pour mieux les éviter.

Elle s’inscrit dans un tout qui dépasse les simples préoccupations financières d’un investissement immobilier :

  • Optimiser la place disponible. Les volumes surdimensionnés induisent une surconsommation énergétique.
  • Étudier l’implantation. Selon son utilisation, la localisation d’un bâtiment se doit d’être pensée dans son espace urbain. À proximité des lieux de vie, des moyens de transport en commun, des ..
  • Favoriser les liens sociaux, l’emploi local, les circuits
  • Construire un projet qui s’étend soit verticalement, soit horizontalement. Réduire les contraintes qui vont orienter les choix des techniques et des matériaux à employer
  • Inscrire la construction dans son environnement. Profiter de l’ensoleillement en optimisant l’orientation des façades et des surfaces vitrées ; se protéger des vents ; utiliser la pente du terrain ; envisager des aménagements de parties semi-enterrées pour une isolation naturelle ; favoriser la géothermie, l’énergie solaire, une ventilation .

Une vision globale tournée vers l’avenir

Par principe, avec l’éco-construction, on examine toutes les interactions possibles de l’architecture avec le monde qui l’entoure : la nature, l’urbanisme, la vie sociale, les ressources, les utilisateurs. Si ces questions sont déjà envisagées par les projets de constructions, elles deviennent cruciales et prioritaires lorsqu’il s’agit de respecter les règles du développement durable dans le cadre du bâtiment.

Des appellations Habitat Passif, des normes Réglementation Thermique (RT 2012), des labels et des marques comme Bas Carbone, Bâtiment Basse Consommation (BBC) et Haute Qualité Environnementale (HQE) sont venus renforcer la boîte à outils des constructeurs soucieux de l’impact de leurs productions sur l’environnement. Mais l’éco-construction va encore plus loin, en se souciant en priorité du critère de l’écologie.

La démarche de l’éco-construction est aussi basée sur le principe du bien-être et de la santé des usagers et des habitants.

Au-delà d’une technique de construction, c’est une véritable volonté politique de mieux bâtir pour mieux vivre!